Ne ratez pas
Accueil » Débats » Le Centre ne sait plus ou il habite
Sick

Le Centre ne sait plus ou il habite

L’heure de vérité pour le centrisme est arrivé. La victoire de François Fillon à la primaire de la Droite et du Centre et la percée de Macron nous mettent nous les centristes au pied du mur. Que faire? Sauver un groupe parlementaire en rejoignant un Fillon représentant d’une Droite assumée sur les plans économiques et sociétaux ou rejoindre un Macron représentant d’un mix original et séduisant entre la Droite économique et la Gauche sociétale? Aucun d’eux n’est centriste, ni ne souhaite le devenir d’ailleurs! Dans les deux cas, c’est la mort du Centre tel qu’on le connait.

Faut-il alors un candidat du Centre à la présidentielle? En dehors du fait qu’il est aujourd’hui impossible de rassembler les centristes autour d’un candidat, l’espace politique a disparu, l’électorat traditionnel du Centre a fondu et de toute façon la présidentielle est pliée. Le second tour opposera Fillon à Macron. Je prends le risque de ce pari parce que je m’appuie sur une analyse rationnelle. La France est un grand pays au bord du gouffre. Avant de sombrer et de s’abandonner dans les mains d’un parti extrémiste, elle va tenter, dans un dernier sursaut, de se transformer pour s’en sortir. Fillon et Macron représentent chacun deux versions différentes d’un même et respectable projet: réorganiser complètement notre vieux pays pour lui ouvrir un avenir dans la mondialisation. Et chacun dispose d’une vraie base électorale: la bourgeoisie provinciale, les chrétiens pratiquants et les retraités pour Fillon, les jeunes issus de la diversité, les homos, les bobos des grandes villes et les jeunes entrepreneurs des start-up pour Macron. Ces électorats ont déjà fait leur choix et ne feront pas défaut à leur candidat préféré. Celui qui gagnera la présidentielle sera donc celui qui, en plus de son électorat attitré, séduira plus que l’autre les milieux populaires et la France périphérique.

La perte de tout ancrage populaire est le drame électoral du centrisme. Ce grand courant de pensée, dont les racines se trouvent autant dans l’humanisme de la démocratie chrétienne que dans l’humanisme du radicalisme laique de la 3ème République, a perdu progressivement tout son ancrage populaire pour se réduire à un rassemblement mou de CSP + de plus en plus à Droite sur le plan économique et de plus en plus à Gauche sur le plan sociétal. D’ailleurs, les partis centristes se sont vidés de tous leurs militants issus des milieux sociaux défavorisés. Le centrisme s’est vidé de sa substance humaniste pour se réduire à l’addition de la bien-pensance économique avec la bien-pensance sociétale, soit le néolibéralisme (appelé aussi ultra libéralisme) avec le “progressisme” de la gauche moderniste.

En schématisant le paysage poliique s’est divisé en quatre forces idéologiques bien distinctes: néolibérale sur le plan économique et progressiste sur le plan sociétal pour Macron, néolibérale et conservatrice pour Fillon, protectionniste et conservatrice pour Lepen, protectionniste et progressiste pour Mélenchon. L’actuel Centre est écartelé entre sa dépendance électorale envers Fillon et sa proximité idéologique avec Macron. Coupé de toute base populaire, il ne cherche plus qu’à séduire les CSP + alors que ceux-ci sont déjà largement représentés par Macron et Fillon. De plus, leur nombre diminue en France comme dans tous les pays occidentaux qui sont touchés par le phénomène mondial de disparition des classes moyennes supérieures et inférieures. Voilà les origines profondes du naufrage électoral du centrisme aujourd’hui.

Alors comment recréer un mouvement centriste sur des bases fortes? Tout simplement en le refondant sur des bases idéologiques claires. Sur le plan économique le Centre doit se revendiquer d’un social libéralisme authentique, clairement opposé au néolibéralisme et au protectionnisme. Le Centre doit être le parti de l’économie réelle, du producteur, des libertés économiques, de l’état stratège et de l’équité du commerce. Sur le plan sociétal, le Centre doit se revendiquer d’un humanisme véritable, clairement opposé au conservatisme et au progressisme dévoyé de la bien-pensance étouffante. Le Centre doit être le parti des libertés publiques, du respect de toutes les identités dont est porteur un être humain et d’un progrès réel qui n’a rien à voir avec le progressisme sectaire et réducteur de la gauche bien-pensante. Et naturellement, le Centre doit être porteur d’une écologie de progrès et promoteur d’une Europe qui protège les peuples européens dans la mondialisation et non qui soit le cheval de Troie de la mondialisation.

A partir de ces bases là, tout redevient possible si on s’inscrit dans le grand mouvement de transformation de la société que les français appelent de leurs voeux et si on porte un projet de société humaniste qui défende prioritairement les intérêts des classes moyennes et populaires, des entrepreneurs et des générations futures. Nous devons être constructifs dans la propostion d’alternatives humanistes dans chaque domaine aux solutions dogmatiques que proposent Fillon ou Macron. Nous devons réapprendre à exprimer nos propositions de façon simple et claire aux français, notamment aux plus modestes. Ainsi, nous devons reconstruire le centrisme des convictions et des idées avant le centrisme politique. Sur le plan politique, inutile de se lancer des anathèmes entre ceux qui feront allégeance à Fillon et ceux qui feront allégeance à Macron. Nous devons au contraire, chacun à notre place, aider Fillon et Macron à réussir dans leur volonté commune de réoganiser la société française sur de nouvelles bases. Que ce soit Fillon ou Macron, leurs programmes bruts risquent vite de dérailler si nous ne jouons pas notre rôle d’apporter des alternatives humanises et crédibles. Que ce soit Fillon ou Macron, ils auront besoin des immenses réserves électorales d’un centrisme populaire pour élargir chacun leur base électorale.

Aucun des mouvements centristes actuels ne représentent ce centrisme populaire. Il est temps de construire ce mouvement politique et de porter son projet de société alternatif. Aidons le futur président à réussir. C’est la dernière chance pour la France de s’en sortir!

À propos Philippe Dervaux

Philippe Dervaux
Délégué départemental de l’UDI Paris 11 et Président de l’association citoyenne L’Alternative Crédible.
x

Voir aussi

Emmanuel Macron Louvre

Vers les législatives

Les Français ont choisi leur Président, Emmanuel Macron. Ce second tour a ...