Ne ratez pas
Accueil » En Une » La France a besoin d’une riposte centriste
La riposte centriste

La France a besoin d’une riposte centriste

Depuis des décennies, le Centre en politique est considéré comme un courant girouette, indécis, ambigu, opportuniste, mou ou au mieux une variable d’ajustement de la Droite. Sa place dans la vie publique est cantonnée au second rang, dépendante de petits arrangements électoraux qui brouillent son message et le décrédibilisent aux yeux des Français. Sur le plan militant, le Centre est un cimetière de bonnes volontés déçues et de talents méprisés.

Nous croyons que le Centre doit être une conviction, pas une hésitation. Cette conviction est la volonté inébranlable de créer une troisième voie qui redonne ses lettres de noblesse à l’engagement politique et à l’action publique. Une voie qui repose sur des idées fortes et porte un projet de société qui se donne pour « mission » d’humaniser le monde de demain.

Un Centre populaire pour répondre au populisme

Fin 2016, Tony Blair déclarait lors d’une interview : « Le Centre doit se réapproprier l’initiative politique. Seul un Centre solide et redynamisé pourra vaincre l’actuelle vague populiste ». L’idée n’est surement pas de discuter du bilan ou de la légitimité de Tony Blair, mais nous soutenons bien sûr cette vision d’un Centre à partir duquel nos démocraties pourraient entrer pleinement dans le XXIe siècle.

Pour exister, le Centre a besoin du centrisme : une charpente, une colonne vertébrale. Le Centre ne doit pas être une simple position relative. Il doit se projeter au-delà des solutions d’opposition sempiternelle et abêtissante entre deux camps, ou de distinction par l’agitation, la vocifération et l’extrémisme. Bien plus qu’une alternance, il doit donc s’agir une réelle alternative. Il doit reposer sur du fond, du concret, du simple. Un projet de société moderne qui réponde précisément aux attentes réelles de nos concitoyens et dont la crédibilité sera source de confiance. Il demande du courage, et une volonté de compétition idéologique vis-à-vis du PS, de LR et des autres pour vaincre son isolement et devenir pleinement indépendant et populaire.

Populaire, le mot est lâché

Pour une grande partie de l’élite politique, économique et médiatique, toute référence au peuple est devenue synonyme de populisme. L’élection de Trump, le BREXIT, la progression de l’extrême Droite en Autriche, en Allemagne, en Hollande, ou de Beppe Grillo en Italie, …, ce qu’on appelle justement « la montée des populismes » est tout simplement un divorce profond entre le peuple et les élites.

Il est indispensable de formaliser cette réflexion en « principes de bases » d’une politique pro-peuple, une politique populaire. La nouvelle économie numérique et l’évolution de l’économie traditionnelle remplacent massivement les emplois bien payés et stables par des emplois sous-payés et à la carte. Nous revenons au XIXème siècle, au temps du travail journalier. Mais il n’y a plus aujourd’hui de débat sur l’économie. Depuis la chute du mur de Berlin, l’idée de Fukuyama de la fin de l’histoire et du triomphe de la démocratie à l’occidentale et de l’économie de marché s’est imposée et a dominé complètement les années quatre-vingt-dix. Intrinsèquement cette idée sous-entendait aussi la fin des conflits entre nations et la fin de l’idée de lutte des classes. L’association mentale de la démocratie, de la paix et du capitalisme triomphant a tué dans l’œuf tout débat de fond sur quel modèle économique adopter.
Le Centre est par nature libéral, social, décentralisateur et européen. Evacuer le débat au sein du libéralisme, c’est évacuer l’idée même de centrisme. Etre centriste commence par rompre avec la pensée unique économique. Si le Centre veut perdurer pour l’intérêt premier de la nation, il doit renouer avec les classes moyennes que personne ne représente aujourd’hui sans perdre son âme. Nous devons apporter des réponses fortes et concrètes à la disparition des emplois bien payés et à toutes les problématiques socio-économiques soulevées par Donald Trump, tout en restant fidèles à nos valeurs centristes d’humanisme et d’ouverture d’esprit. C’est là le vrai défi du Centre. C’est même un devoir pour sauver la démocratie qui risque sinon d’être submergée par les forces extrémistes.

Alliance Macron-Bayrou : l’espoir d’une riposte centriste ?

Il y a quelques semaines, nous avons lancé un appel à la riposte centriste en publiant un livre du même nom pour encourager et soutenir la prise d’indépendance intellectuelle et politique du Centre.

Une autre mondialisation, un autre progrès, un autre libéralisme, une autre solidarité, une autre écologie, une autre Europe, concilier évolution des mœurs et sens de la famille, mais aussi défense des libertés publiques et donc de la démocratie, ce sont l’ensemble de ces idées qui constituent la riposte centriste dont la France a besoin.

Aujourd’hui, nous saluons l’alliance entre François Bayrou et Emmanuel Macron sur la base de quatre exigences fortes pour une reconstruction du paysage politique : une véritable alternance (nous comprenons à la fois rupture avec le quinquennat mais aussi non-récupération des élus PS orphelins), la moralisation de la vie publique (avec un accent sur les conflits d’intérêt), la lutte contre la diminution des niveaux de rémunération du travail (protection particulière des bas salaires) et le respect du pluralisme (à travers l’introduction de la proportionnelle aux élections législatives).

Autant d’éléments que nous soutenons directement dans « la riposte centriste » et qui représentent pour nous des conditions indispensables, mais bien sûr non suffisantes, du projet de société que nous voudrions voir le Centre porter. Si ces mots et ces intentions se traduisent en actes d’abord programmatiques, puis exécutifs et législatifs, nous aurons mis la France en position de résister, de riposter aux populismes et peut-être même de sauver l’Europe.

www.ripostecentriste.fr

À propos Olivier Nataf

Olivier Nataf
Fondateur de Blogueurs Centristes. Conseiller National MoDem, Secrétaire de la Fédération des Français à l'Etranger du MoDem (FFE-MoDem). Auteur du blog DesMotsCrates.
x

Voir aussi

Mélenchon Macron Fillon Le Pen

Présidentielle 2017, la grande recomposition du paysage politique

Ne donnons pas aux affaires plus d’importance qu’elles n’en ont. Certes elles ...