Ne ratez pas
Accueil » Débats » Ce que j’ai aimé chez Macron
Macron 1er tour
Source: AFP PHOTO / Eric FEFERBERG

Ce que j’ai aimé chez Macron

Les résultats sont donc tombés pour le premier tour de la présidentielle. Emmanuel Macron est qualifié pour le deuxième tour. Finalement, Marine Le pen est encore celle qui ne s’en sort pas si bien que cela : on lui prédisait une première place radieuse et finalement, elle a dû batailler ferme. Fillon a finalement limité la casse et il faut admettre que Mélenchon a fait une campagne extraordinaire.

Ce que j’ai aimé chez Macron, je ne surprendrai personne en le disant, c’est d’abord que Bayrou l’a rejoint, ma principale motivation pour voter pour lui.

Mais il n’y a pas que ça.

J’ai apprécié deux choses dans sa manière de mener sa campagne :

  1. Il n’a jamais cherché à dénigrer ses adversaire et a toujours fait campagne en mettant en avant ses idées au lieu de chercher à démolir le programme des autres. De plus, quand il y avait des idées qu’il partageait chez les autres, que ce soit à gauche ou à droite, il leur en a toujours donné quitus et l’a reconnu. Il s’est toujours montrer respectueux, très élégant avec Pénélope Fillon, par exemple, ce que je porte à son crédit.
  2. Aucune casserole. Il n’a aucune casserole. Ce n’est pas faute que ses adversaires en aient cherché mais rien à faire, ils n’ont rien trouvé. C’est donc un homme honnête et c’est une vertu assez rare.

Sur son programme, je suis assez mitigé mais je lui reconnais un grand mérite : pas d’inventaire à la Prévert, pas de promesses mirifiques, pas de mensonges, et finalement, un assez bon souci de la protection sociale et de la solidarité sans pour autant entraver les circuits économiques. Un bon compromis, dans l’ensemble, même s’il y manque, à mon avis, les coups de génie et le supplément d’âme que seul un homme comme Bayrou peut apporter.

Il reste maintenant une autre marche à franchir : le second tour. Il ne faudra surtout pas sous-estimer Marine Le pen. Elle s’appuie sur la France des oubliés dont on continue à ne pas assez parler à mon goût. Et je ne veux pas seulement qu’on leur parle mais aussi qu’on leur propose quelque chose de concret.

Par exemple, j’ai appris récemment que la ligne de train qui va d’Angoulême à Limoges allait être supprimée. C’est une véritable catastrophe. Que vont faire ceux qui galéraient déjà en faisant une à deux heures de train aller et retour pour travailler dans la capitale ? Où est le maillage du territoire qui est censé apporter un développement pour tous ?

J’ai longtemps été d’obédience libérale, mais au fil du temps, j’en infléchis certains accents. Pour assurer un développement économique sans disparités honteuses, à côté du secteur privé, il faut aussi un état stratège pour les infrastructures, communication et transports. Cela me semble vital, même. Les réseaux ferrés sont sous-entretenus, certains secteurs ne sont pas couverts par la téléphonie. C’est à l’État d’intervenir, soit par un cahier des charges avec les opérateurs privés, soit directement, afin de rétablir une couverture pour tous. L’égalité des chances à laquelle je suis très attaché est à ce prix. J’espère entendre Emmanuel Macron s’exprimer sur ce sujet, et, à défaut, le MoDem que j’aime, Marielle de Sarnez, François Bayrou, le lui souffler.

À propos César Borgia

César Borgia
Blogueur centriste historique, je suis là depuis 2006, pas toujours seul au demeurant, en mon domaine.
x

Voir aussi

Emmanuel Macron Louvre

Vers les législatives

Les Français ont choisi leur Président, Emmanuel Macron. Ce second tour a ...