Ne ratez pas
Accueil » Débats » Vers un nouvel échiquier politique en France: le bipartisme sous pression
Échiquier

Vers un nouvel échiquier politique en France: le bipartisme sous pression

Tout le monde s’accorde à le dire, la France est mûre pour une transformation politique non seulement sur le fond mais aussi en terme d’alignement des forces partisanes. J’ai déjà écrit sur ce sujet, notamment en faisant des analyses de sondages sur l’auto positionnement politique des français, et ceci n’est qu’une mise à jour avec quelques précisions, la base de la réflexion restant inchangée.

Ce dont nous avons besoin est d’un élément déclencheur, ou sans doute plusieurs, et la montée du FN me paraît être le premier. Un deuxième pourrait venir des mouvements citoyens qui appellent à des primaires du peuple et souhaitent voir émerger des candidats hors parti. Cet effort post-partisan ne me paraît pas encore possible et risque aussi d’être amoindri par le fait que même “entre citoyens” nous avons trouvé le moyen de voir émerger au moins 3 initiatives. Enfin, nous pourrions le voir venir du centre, car la droite et la gauche ont bien plus d’intérêts à préserver le statu quo qu’à essayer de s’engager vers un réalignement, sauf peut-être Emmanuel Macron qui pourrait aussi jouer un rôle catalyseur. Cet événement au centre, et là aussi je me répète, pourrait simplement être le rassemblement.

Si le MoDem et l’UDI s’unissaient et devenaient assez forts et convaincants pour attirer d’autres plus petits partis notamment les écologistes-centristes, puis les ailes droite et gauche du PS et de l’UMP respectivement dans un grand rassemblement, nous pourrions voir l’émergence d’une nouvelle quadrille (en référence à celle des années 80, la quadrille bipolaire PC/PS et UDF/RPR) mais cette fois sur une base idéologique beaucoup plus juste tant nous voyons que les alliances à gauche ou à droite se font souvent au prix de compromis sur l’essentiel et finissent par être trop lourds voire complètement illogiques au sein du même camp.

On pourrait ainsi voir apparaitre 4 courants à partir des partis politiques existant:

1. Socialiste eurosceptique

Représenté par les partis que l’on qualifie de gauche de la gauche: Nouveau Partis Anticapitaliste, Parti Communiste, Parti de Gauche… et certains du Parti Socialiste comme le courant des frondeurs. Largement réunis autour de la campagne pour le “non à la constitution européenne” en 2005, ils ne sont pas fondamentalement anti-Europe mais la politique qu’ils prônent, en particulier pour ceux qui suggèrent une sortie de l’UE qu’ils présentent comme responsable de tous les maux, mettrait clairement un frein au projet européen. 
L’égalité chevillée au corps, ce courant facilement interventionniste soutien une vision de l’Etat-Providence.

2. Libéral-social pro-UE (tendance Europe fédérale)

On y retrouverait le courant des sociaux-democrates du PS, certains écologistes à tendance Europe Écologie, la majorité des centristes MoDem, UDI, chrétiens-démocrates, libéraux, radicaux et les dits “humanistes de l’UMP”. Sans être pour autant des euro-béats, ces européistes reconnaissent le besoin de faire évoluer l’UE vers une approche moins exclusivement économique, plus démocratique et proche des citoyens. L’intégration économique, financière, politique, écologique, culturelle… sous forme de fédéralisme ou d’autre type d’organisation, reste un crédo central de ce courant qui lie la souveraineté de la France à une Europe forte et à un Etat-Stratège qui intervient pour stimuler les initiatives privées et le développement humain.

3. Conservateur pro-UE (tendance Europe des nations)

On pourrait qualifier ce courant de “droite classique”, avec des réflexes d’Etat-Gendarme, facilement sécuritaire et conservateur dans ses accents gaullistes notamment sur la conception de la France dans ses relations à l’Europe et au monde: l’indépendance absolue sur la scène internationale, la pérennité des nations, l’Europe comme instrument de puissance nationale sur la base d’un couple Franco-allemand fort.

4. Nationaliste eurosceptique

Le Front National, les membres de la droite forte et autres souverainistes, réunis par leurs peurs de l’ennemi intérieur (xénophobie, antisémitisme) et des dangers extérieurs (multiculturalisme, globalisation) porteraient ce courant fondé sur le retour aux valeurs strictes de la nation. La sortie de l’UE, le retour au franc, la préférence nationale, le protectionisme… sont autant d’éléments typiques de leur euro-scepticisme, à tendance purement anti-européenne, isolationniste soutenus par un Etat-Autoritaire.

Et ailleurs?

Aux Etats-Unis, des courants similaires se dessinent, avec la question centrale européenne en moins bien sûr. Des candidats comme Bernie Sanders à gauche, Hillary Clinton au centre, Jon Kasich et Ted Cruz à droite, avec une forte dimension religieuse pour ce dernier, et Donald Trump à l’extrême droite, représentent des visions suffisamment différentes pour constituer des structures partisanes distinctes. Nous voyons la même chose en Espagne où le bipartisme à laissé place à un pluralisme à 4 mais avec une extrême gauche (Podemos), une gauche avec le parti socialiste PSOE, un centre avec une dimension régionaliste forte (Ciudadanos) et la droite de Mariano Rajoy et son Parti Populaire (qui a finalement repris le pouvoir et ouvert une alliance au centre classique en France, mais jusqu’à présent inédite en Espagne).

D’autres exemples existent certainement et ceci montre bien que cette tendance à 4 ou 5 est non seulement d’une logique implacable même si un peu simpliste quand on raisonne de manière linéaire de gauche à droite (deux extrêmes, une gauche, un centre et une droite) mais surtout que chaque pays semble trouver le contenu idéologique qui défini chaque camp et oriente l’ensemble plus ou moins d’un côté ou de l’autre.

Même si la constitution des pays respectifs encourage ou impose la bipolarité, nos sociétés occidentales démocratiques n’acceptent plus le bipartisme. Si nous voulons redonner espoir et confiance aux citoyens, nous devons aider nos systèmes à mieux intégrer le pluralisme voulu par le peuple.

À propos Olivier Nataf

Olivier Nataf
Fondateur de Blogueurs Centristes. Conseiller National MoDem, Secrétaire de la Fédération des Français à l'Etranger du MoDem (FFE-MoDem). Auteur du blog DesMotsCrates.
x

Voir aussi

Anciens et Modernes

Les Anciens et les Modernes, version 2017?

Les débats que suscite cette campagne présidentielle décidément imprévisible me font penser, ...