Ne ratez pas
Accueil » Débats » Voici une histoire, la mienne, semblable à celle de millions de français, qui explique les raisons de mon soutien à Emmanuel Macron
Programme Macron

Voici une histoire, la mienne, semblable à celle de millions de français, qui explique les raisons de mon soutien à Emmanuel Macron

Je vais vous raconter une histoire, la mienne, semblable à celle de millions de français, celle qui m’a amené à soutenir Emmanuel Macron.

Fils d’agriculteurs bretons, je sais d’où je viens. Je sais ce que je dois à l’état. Je sais que sans le financement des études gratuites à l’université par exemple, peut-être sans un système de santé performant et équitable, je ne serais pas ce que je suis, parce que la France ne serait pas ce qu’elle est. Tout cela ça a un coût, et si on en profite, c’est grâce à des politiques publiques plutôt justes et équilibrées depuis des décennies, à défaut d’être parfaites. Et cela, on a tendance à l’oublier facilement.

Je suis attaché à la défense des plus précaires, car tôt ou tard nous pouvons tous l’être, simplement car la malchance ou les aléas négatifs de la vie, ça n’arrive pas qu’aux autres. Je l’ai été, il y a peu en chômage longue durée, et j’ai rebondi par les ARE. Quand on ne les touche plus ou quand on est proche des fins de droit, on a envie de tout foutre en l’air, s’il nous reste encore un peu d’énergie combative. Mais quand on les touche, on dit rarement merci la France, comme si cette chose était naturelle. Merci les politiques précédentes d’avoir mis en place ces aides pour permettre de rebondir.

Je suis attaché à la protection des plus précaires et des minorités, des CSP-, et c’est la raison profonde de mon engagement en politique. C’est la raison profonde de mon attachement au MoDem, un mouvement humaniste, équilibré, pragmatique économiquement, avec un souci social avéré, à destination des + précaires. Et ça, personne ne me l’enlèvera. C’est l’ADN du MoDem. Je n’ai pas à en être fier car la définition d’une ligne politique n’est pas de mon ressort, mais c’est pour cela que j’y suis adhérent, et que j’y reste.

J’estime que, pour des CSP+ ou CSP++, à moins qu’ils ne soient ponctuellement dans le besoin, ces classes doivent moins attendre de l’État que les autres parce qu’elles ont + le moyen de s’en sortir par elles-mêmes, et j’estime que les règles du jeu ne doivent pas changer du tout au tout pour elles. Du moment qu’il y a un principe d’équité, et d’égalité des chances mis en place pour ceux qui, justement, sont dans une situation moins enviable, à cause de l’endroit où ils habitent, de la faculté de rebond qu’ils ont, lié à leurs formations initiales, ou d’un handicap.

L’ultra-libéralisme, ça serait la loi du + fort, l’écrasement de ceux qui n’ont rien. Ce n’est absolument pas le projet d’Emmanuel Macron. Et c’est d’ailleurs là où les lycéens et étudiants qui manifestent actuellement contre Macron se trompent totalement. On peut s’opposer à la ligne politique de Macron, on ne peut pas décemment dire que Macron est un ultra-libéral : c’est archi-faux.
Et ceux qui voulaient voir éclore un projet ultra-libéral devaient voter plutôt Fillon que Macron.
Concernant Emmanuel Macron, je ne vais faire la leçon à personne, j’ai aussi longtemps cru que ce n’était qu’un banquier froid ultra-libéral dans une coquille vide qui s’attelait + à la forme qu’au fond. À son égard, j’étais curieux et interrogatif, mais surtout prudent. Mais ça… c’était avant!
Une telle vision ultra-libérale et creuse, cela aurait été en totale incohérence avec ce que je porte au fond de moi comme valeurs. Et je crois que son mouvement aurait rapidement fait flop, tant sur la gauche qu’auprès du MoDem et des ex-sympathisants UDI, si le projet qu’il prônait était réellement ultra-libéral !
Avant de me prononcer en faveur d’Emmanuel Macron, et de m’engager en faveur d’Emmanuel Macron, j’ai lu son programme. Attentivement, surligneurs à la main.
J’ai fait le tour des propositions thème par thèmes pour lesquelles j’étais favorable, et d’autres pour lesquelles j’étais plus frileux!

Et le moins que je puisse dire, c’est que début mars, en lisant le programme, j’ai été étonné, et le mot est faible, de toutes les idées reçues à son égard.
Étonné de voir comment on pouvait être désinformé sur un programme, alors même qu’on nous ressassait sans cesse que Macron était le candidat “bfmtv” promu des médias paraissait-il. Étonné de son humanisme, que je n’aurais pas soupçonné à certains égards, et surtout de son équilibre.
Macron candidat des banques? La formule est belle et facile pour ses détracteurs, mais elle ne tient pas à une lecture attentive de son programme!

Car si je partage une chose avec Emmanuel Macron, c’est bien le souci de la place des plus précaires dans la société.

Malheureusement, le monde est tel qu’il est, l’économie et les finances sont telles qu’elles sont, et on ne peut décemment promettre la lune à toutes les personnes en souffrance dans notre société. Ça serait mentir. Ce sont données à prendre en considération en politique, mais voter Le Pen (ou auparavant Mélenchon ou Hamon) n’y changerait rien. Et prôner un changement radical de paradigme ne ferait, probablement, qu’empirer les choses à leur égard, en aggravant la situation économique du pays. Car malheureusement, quand les choses empirent d’un point de vue économique, ce sont toujours les + précaires qui trinquent en premier.

Voilà rapidement, en + des raisons telles que sa vision des libertés culturelles locales (autre combat politique qui m’est cher), du pourquoi je soutiens Emmanuel Macron.
Je ne dis pas que je convaincrai grand monde par ces lignes, mais cela explique, sincèrement, mon engagement auprès d’Emmanuel Macron. En restant sur des préjugés et des idées reçues, mon engagement n’aurait rien eu de naturel. En regardant de plus près, à vrai dire, tout m’y poussait.
Et je suis persuadé que beaucoup, qu’ils se considèrent à gauche ou à droite, partagent le même souci que moi des + précaires, la nécessité d’une France qui avance plutôt qu’une France qui regarde dans un rétroviseur, et qui, s’ils n’ont pas voté au 1er tour pour Emmanuel Macron, pourraient se retrouver réellement convaincus, comme moi, de son programme, pour le 2nd tour. Car, je me répète, c’est un programme équilibré, pragmatique, qui pense aux + faibles ainsi qu’à la viabilité économique de la France, afin que nous retrouvions nos emplois perdus, et que, au maximum, chacun puisse en retrouver un près de chez lui.

Le 7 mai, je vote Emmanuel Macron. Sans hésitation.

https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme

À propos Gilles Guillamot

Gilles Guillamot
Démocrate, breton, fédéraliste, mais avant tout citoyen engagé
x

Voir aussi

Emmanuel Macron Louvre

Vers les législatives

Les Français ont choisi leur Président, Emmanuel Macron. Ce second tour a ...